Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La voie du Fwomajé, un livre de Ferand Tiburce Fortuné, retraçant la vie de Victor Anicet. Texte de 1991

La-voie-du-Fwomajé-fortune . (46 pages) Biographie de Victor Anicet par l’écrivain Fernand Tiburce Fortuné.

Un texte de Serge Goudin-Thebia

Chez Victor Anicet, la vie et l’oeuvre de font qu’un …

Biographie et démarche: vue d’ensemble

L’enfance au Marigot

Né en 1938 au Marigot, commune du Nord Atlantique de la MARTINIQUE, Victor ANICET découvre le monde insoumis des Amérindiens, alors que petit garçon il aide le Père PINCHON à nettoyer les fragments de poterie ensevelis dans la terre rouge de l’Adoration, lieu zombi où les nègres demandent pardon à Dieu pour leur vie de misère, lieu sacré où il y a deux mille ans les Amérindiens bénissaient leurs Dieux.

Il ne sait pas qu’ici, il a déjà découvert le bleu de la terre.

Il ne sait pas que les couleurs qui baignent les roches que la mer charrie à gros fracas, il les restituerait un jour en autant de poteries, en autant de peintures.

Les études en Europe

Vers l’âge de 17 ans, après une scolarité aux Arts Appliqués de Fort-de-France, il poursuit ses études à l’Ecole des Métiers d’Art de PARIS (Section Céramique) d’où il sort major de sa promotion (1961) ; parallèlement il fait des recherches au Musée de l’Homme sur l’art amérindien des Amériques.

Après avoir obtenu une attestation de Physique Chimie appliquée à la céramique, Arts et Métiers à PARIS (Cours LAFUMA), il effectue divers stages de céramique (Saclay – CNRS)et de poterie, d’abord en France (La Borne) avec des potiers comme MOHY, JOULIA, LERAT, puis en ANGLETERRE avec LEACH, REEVE, ANSSEN, et enfin en Allemagne.

Retour en Martinique

Il retourne en 1967 en MARTINIQUE où il s’adonne à la peinture. En 1970, retiré dans la campagne du Gros-Morne, il réalise sa première exposition en noir et blanc sur support bois.

ANICET le passeur, invoque le nègre marron. Le pays flageole, les nègres nus sont creux.

ANICET peint des nègres courages, des nègres rebelles, des nègres mahogany. Et le pays MARTINIQUE stupéfié découvre l’Arche d’Alliance.

En 1984, il crée avec d’autres artistes plasticiens un groupe de recherche sur l’esthétique caribéenne, le groupe « FWOMAJE »

Ce n’est que le premier tracé. ANICET retraverse les strates. Il ramène les hommes bleus du Pays Amérindien et sa céramique et sa peinture disent au Pays MARTINIQUE : « Nous sommes des Amérindiens. La nasse que tu jettes est amérindienne, le lisser des tiges d’amarante pour ton panier caraïbe est amérindien, le balata que tu nommes est amérindien. Nous sommes tous des Amérindiens. »

Dans l’atelier de céramique qu’il a réussi à monter en 1991, les adornos envahissent ses tableaux tels les signes de l’irréfutable présence amérindienne en nous.

Il est encore aux temps premiers du long tracé qu’il peint et façonne car lui seul sait entendre le silence bruissant des mondes indomptés. Car lui seul reconnaît le secret du bleu de la terre.

Biographie courte et créations

Né en 1938 à Marigot, commune du Nord Atlantique de la Martinique

Céramiste et enseignant des arts plastiques, vit et travaille à la Martinique

Diplôme de Fin d’études de l’Ecole des Arts Appliqués
de la Martinique en 1956

Diplôme de Fin d’études de l’Ecole des Métiers d’Art de Paris en 1961
Attestation de physique-chimie appliquées aux matériaux céramiques de l’Ecole des Arts et Métiers de Paris en 1960

Vit en communauté d’artistes à Palasca en Corse de 1963 à 1964 sous la direction de José Fabricanti (Prix de Rome de Peinture)

Différents stages en Europe de 1959 à 1967: Angleterre, Allemagne et en France et particulièrement à la Borne dans le Cher chez Yves Mohy

1970 Exposition à l’Institut Martiniquais d’Etudes dirigé par Edouard Glissant

1971 à 1976 Mise en place une structure d’Art à Bergevin en Guadeloupe

1984 Participation à l’exposition inter-caribéenne à Tobago
Création d’un groupe de recherches sur l’esthétique caribéenne: le groupe Fwomajé

1985 Exposition au 14° Festival Culturel de la Ville de Fort de France -Martinique

1986 Exposition à la 2° Biennale Wifrédo Lam à Cuba

1989 Rencontre du groupe Fwomajé avec le groupe Africobra de Howa.rd University Washington (USA)

1994 Exposition à l’Université de Kassel en Allemagne

1998 Exposition à la Biennale des Seychelles Musée d’art moderne

2004 Exposition avec l’Académie Internationale de Céramique à lncheon (Corée du Sud)

2016 Exposition avec l’Académie Internationale de Céramique à Barcelone (Espagne)

Principales Réalisations à la Martinique

A Schœlcher

Une terre cuite qui anime le chœur de l’église de la ville

Une céramique murale à l’école des garçons de Fond Lahaye

Une animation murale en lave de Volvic intitulée« la Liberté» à l’entrée de la ville

A Fort de France

Une animation murale dans le hall d’accueil de la Trésorerie Générale

Une animation murale Place François Mitterrand

Bas-relief en terre cuite (village Dogon) Institut Martiniquais d’Etudes dirigé par Edouard Glissant

Panneau céramique à l’IEDOM

Au Gros-Morne 

Deux sculptures en métal dans le jardin de l’Habitation Saint-Etienne

A Basse-Pointe

Une sculpture en béton pour Aimé Césaire« Biface »

Au Lorrain

Des animations céramiques sur la place de la Ville

A Sainte-Luce

Une animation céramique sur la place de la Mairie

Au Marin

Une animation céramique sur le sous-bassement de la Maison de la Culture

Une animation céramique au haut du fort

Une animation céramique sur les rochers à l’entrée du bourg

Une table d’orientation en céramique sur l’ilet Duquesnay

Au Diamant

Une céramique tombale pour Edouard Glissant

Au Morne-Rouge

Un panneau céramique à l’Auberge de la Montagne Pelée

A Saint-Pierre 

Les vitraux de la cathédrale


Distinctions :
• Chevalier de la Légion d’Honneur
• Ancien combattant AFN
• Officier dans l’ordre des Palmes Académiques
• Membre de l’Académie Internationale de la Céramique.
• Médaille de Vermeil Art-Sciences- Lettres